Création d'un Écolieu Décroissant d'Habitat Réversible en Bretagne

Projet : Nous vous proposons une rencontre le 15 Décembre pour vous présenter un projet de création d’un écolieu géant d’habitat réversible avec des axes importants de décroissance, d’autonomie et de soutenabilité. Le projet d’acquisition d’une ferme se situera proche du train, entre Nantes et Auray. Ici c’est la première phase de création du groupe des futurs résidents.
Dans la salle 42 au Solilab, 8 Rue de Saint-Domingue à Nantes à 18h30

Un écovillage décroissant d’habitat réversible en Bretagne : des axes pour décider et expérimenter une micro-sociét

Décroissance

"la réduction planifiée et démocratique de la production et de la consommation dans les pays riches, pour réduire les pressions environnementales et les inégalités, tout en améliorant la qualité de vie" Timothée Parrique

Autonomie

Se ressaisir des connaissances, de son temps, de ses mains, des interdépendances, de la matière, de l’environnement, dans le partage et l’entraide. Pour prendre conscience des impacts et de ses besoins réels à travers le faire soi-même. Pour une transition concrète vers un mode de vie soutenable. Habitat autonome en énergie, eau, assainissement. Chacun pourra explorer à sa façon l’autonomie alimentaire à travers sa propre culture permaculturelle mais aussi en collectif. Pas l’autarcie mais de l’entraide en lien avec le monde. Ces autonomies individuelles peuvent s’additionner pour une plus grande autonomie collective. Pour une plus grande résilience et connaissance.

Soutenabilité

Pour une vie qui permet la vie. Les habitants du lieu s’engagent dans une réflexion profonde des impacts de nos mode de vie pour entrer dans les accords de Paris, pour montrer qu’il est possible d’agir avec de l’entraide pour rester sous la barre des 2°c. En s’engageant dans une réduction individuelle des émissions de gaz à effet de serre, avec le soutien et l’ingéniosité de tous les habitants de cette micro-société. Pour atteindre un objectif de 2 tonnes de CO2e par habitant d’ici 2040. Un forte réflexion de la part des habitants sur ses déplacements, son alimentation, sa façon d’habiter, et de consommer.

Les phases du projet

 [En cours] Créer un grand groupe d’habitants (au moins une quarantaine de personne) avec des envies communes de décroissance, d’autonomie, de mode de vie soutenable et inclusif.

 Chaque foyer apporte 5000€ à 10 k€ (A définir en fonction du nombre de personnes dans le projet et du prix du lieu à acquérir) pour financer l’emplacement de son habitat réversible sur une surface jusqu’a 2500 m² (ça peut être moins et céder à des personnes qui ont envie de plus de place) pour expérimenter sa transition, vers un mode de vie plus décroissant. En fonction du prix du bien il pourra y avoir un loyer pour rembourser un prêt éventuel (on espère en dessous des 150€ /mois). Des possibilités de financement sont en réflexion.

 On constitue un dossier à présenter au communes pour montrer nos engagements pour un mode de vie qui permet de descendre à 2 tonnes de CO2e. Pour faire face a l’urgence climatique, il faut montrer que l’on peut avoir dès aujourd’hui un mode de vie soutenable.

 Trouver des personnes/entité pour nous accompagner et soutenir le projet. Par exemple une étude sociologique sur les habitants (étude du niveau de bonheur avant et après). Ou encore des personnes compétentes pour nous accompagner dans la réduction de nos émissions de co2e.

 On cherche une ferme d’au moins 10 hectares à acquérir, entre Nantes et Auray, proche du train (<5km), pour ne pas être dépendant de la voiture, dans un budget inférieur à 500k €. En fonction du nombre d’habitant et du prix de la ferme un prêt peut être contracté chez une banque avec un minimum d’éthique tout en limitant les traites.

 Chaque habitant construit ou fait construire avec ses moyens, en chantier participatif s’il le veut et à son rythme son micro-habitat réversible (Tinyhouse, terre/paille sur pilotis, Yourte...).

Des points importants dans le projet

 La force du nombre pour un changement radical de société, vers une vie plus heureuse en respectant le vivant.

 Un lieu aussi à vocation paysanne avec des projets agricoles décroissants.

 Sortir d’un écosystème timide d’une écologie cachée et réservée à des personnes aisées. Le projet se veut accessible financièrement.

 Un lieu riche humainement. D’échange, d’entraide, de mixité, intergénérationnel. avec une vie sociale accessible.

 Une vie sociale riche mais aussi un espace personnel pour se retrouver, travailler sur soi, et se ressourcer. Un retour aux sources possible, dans la nature. Expérimenter une transition intérieure personnelle.

 Se libérer de la domination du travail dans nos vies, des dépendances à un système qui détruit l’environnement en permanence.

 Proche du train pour pouvoir vivre sans voiture. Dans des habitats de petite taille pour limité l’utilisation de ressources et d’énergies fossiles. Avec de l’espace pour pouvoir cultiver, respirer et se respecter. Avec un commun pour se retrouver, se soutenir et échanger.

 Des habitats qui permettent de diminuer son budget carbone de par leur taille et leur matériaux. Sans emprise au sol, si une personne quitte le projet, la terre est restituée comme elle l’était.

 Pour pouvoir s’engager dans une trajectoire de 3 tonnes de co2e par habitant dans le lieu d’ici 2030, et 2 tonnes d’ici 2040.

 Une micro-société modèle pour expérimenter, apprendre, montrer l’exemple, les possibles.

Revue Passerelle Éco n°82 : 32 pages supplémentaires !

La revue Passerelle Éco n°82 est disponible. Avec les annonces des derniers mois, et un épais dossier sur le thème « Écolieux : les liens avec l’extérieur » incluant les témoignages de 15 écolieux. Le dossier permaculture et pratique porte quant à lui sur la construction d’une boisinière efficace et économe.
Comme cette revue comporte 32 pages supplémentaires, elle adopte un nouveau format avec dos carré : comme un livre. Mais les prix restent inchangés !
Commandez cette revue ou abonnez-vous.